Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine et tourisme > Circuit numérique > La Fontaine Saint Jean

Formulaire de recherche

Services municipaux

Vivre dans la commune

Marchés publics

10 La Fontaine Saint Jean

                 Circuit numérique
            Beaulieu les Fontaines
 
 
En Résumé

 
          La fontaine Saint Jean, située à proximité de la rue du Parc Saint-Jean, est la plus importante source de Beaulieu-les-Fontaines. Début du XXème siècle, elle pouvait fournir près de 20 litres par minute.
          C’est en 1849 que la municipalité la couvrit d’une d’une maçonnerie surmontée d’une pyramide quadrangulaire sous laquelle se trouve placée une statue de Saint Jean-Baptiste.
          Elle fut restaurée en 1977.

 
Poursuivre le circuit

          Prendre la rue St Jean en face de vous à gauche,
           puis bifurquez à droite dans la rue de Nesle,
          et dirigez vous à la sortie de Beaulieu vers le château de l'octroi et son pigeonnier (point n°11)



Mais si vous voulez en savoir plus...
 
          La source à l’origine de la fontaine sort d’une couche de lignite qui s’étend sous les terres de l’ancienne forêt de Bouvresse. Son eau avait réputation de santé publique du fait de sa contenance en fer, en iode et en sulfate de chaux.
 
          C’est en 1834, qu’au niveau de la source, fut aménagée une fontaine, et se dénommait fontaine Cayeux ou Cailleux du nom de son propriétaire.
          En 1849, la municipalité de Beaulieu décida de la couvrir d’un édifice pyramidal quadrangulaire et d’y placer, dans une niche, une statue dédiée à Saint Jean-Baptiste, patron de la commune. Elle fut donc renommée fontaine Saint Jean
          Actuellement, son débit est  moindre eu égard des travaux de défrichement et drainage des terres de Beaulieu-les-Fontaines. De plus, les réglements et obligations sanitaires font qu'elle n'est plus déclarée potable.
 
 
N.B. Les viviers
 
          C’est devant la fontaine St Jean, de l’autre coté de la rue, que devaient se situer les viviers du prieuré Notre Dame, prieuré fondé vers 1115 (point numérique n°8).
          En effet, chaque congrégation religieuse se devait de posséder des vignes (pour le vin de messe) et au moins un vivier (pour le poisson du vendredi et lors du carême)